Mali : l’annonce de la mort de chefs djihadistes ne devrait pas occulter les difficultés sur le front

Soldats français de l’opération Serval, après la reprise de Tombouctou. Source : Ministère de la Défense, Médiathèque, http://www.defense.gouv.fr
Soldats français de l’opération Serval, après la reprise de Tombouctou. Source : Ministère de la Défense, Médiathèque, http://www.defense.gouv.fr

La deuxième étape de l’intervention militaire de la France au Mali, après la reconquête du Nord-Mali en quatre semaines, consiste à sécuriser les territoires libérés et à traquer les groupes djihadistes. L’annonce de la mort présumée de deux chefs djihadistes importants, Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar, est une bonne nouvelle pour le moral des responsables politiques français au moment où la crainte est forte d’un enlisement du conflit. Mais au cours du mois de février les escarmouches meurtrières des groupes djihadistes à Gao et dans le nord-est du Mali ont montré qu’ils avaient encore une dangereuse capacité de nuisance. La France est sans doute condamnée à rester encore longtemps au Mali.