RD Congo : Ressources naturelles et violence - Le cas des FDLR

La richesse minière de la RDC n’est plus à prouver, notamment pour les provinces du Nord et du Sud Kivu où l’on trouve d’importants gisements de cassitérite, de coltan et d’or. Le coltan et la cassitérite sont particulièrement recherchés dans le secteur de l’électronique car ils sont nécessaires à la fabrication des téléphones portables, ordinateurs et circuits imprimés. Depuis peu, on observe une attention grandissante accordée par la communauté internationale et la société civile, à l’exploitation des ressources naturelles comme vecteurs de violence, notamment à l’est de la RDC. À la suite de l’accord signé entre Kinshasa et le CNDP, le principal problème sécuritaire à l’est de la RDC reste la présence des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda). Malgré l’initiative conjointe entre la RDC et le Rwanda (« Umoja wetu ») et l’actuelle opération Kimia II visant à désarmer et combattre les FDLR dans les Kivus, ce mouvement reste très actif et continue de terroriser les populations locales. Comprendre les principales motivations des FDLR permettrait d’envisager certaines pistes de solutions pour parvenir à les neutraliser et réduire ainsi une grande partie de l’insécurité et de la violence qui prévaut actuellement dans les Kivus. Ce rapport visera donc, à travers l’analyse de leurs revendications politiques, de leurs stratégies de combat et positionnement géographiques ainsi que de leurs activités économiques, à déterminer dans quelle mesure l’exploitation des ressources naturelles constitue le véritable mobile de leur présence à l’est de la RDC. Cette étude permettra de comprendre comment les FDLR parviennent à tirer profit de ces ressources et le rôle que peuvent jouer directement ou indirectement les sociétés étrangères impliquées dans ce commerce, qui contribue à la perpétuation de la violence dans cette région.