Le Kenya : porte d’entrée de la drogue en Afrique de l’Est

Depuis les années 1990, le Kenya voit les réseaux de narcotrafiquants se greffer sur ses infrastructures économiques, afin d’acheminer l’héroïne afghane sur les marchés européens. Ce développement est passé relativement inaperçu jusqu’aux années 2010, quand la fréquence des saisies a augmenté et que les villes de Nairobi et Mombasa se sont retrouvées confrontées à un problème de consommation de drogue grandissant.

Cette Note d’Analyse examine les facteurs endogènes et exogènes qui ont conduit à faire du Kenya un point de transit pour la drogue. Les infrastructures économiques et de communication sont difficiles à surveiller en raison de déficiences capacitaires importantes et de problèmes de corruption au sein des forces de police et du système judiciaire kenyans. De plus, la position géographique privilégiée du pays, à la croisée des routes commerciales internationales, ainsi que la nécessité de rediriger les trafics des routes principales, ont fait du Kenya un lieu de transit de stupéfiants...

Crédit photo : saisie de drogue au Kenya (source : FILE)