"Star Wars" en Europe. La défense de tous les dangers

L’extension prévue du bouclier antimissile américain sur le Vieux Continent ne suscite curieusement que peu de réactions de la part des principaux intéressés, les Européens.

Ce déploiement de technologies les plus avancées, dont l’efficacité est pourtant toute relative, est censé fournir une protection contre une menace actuellement inexistante, en l’occurrence des missiles iraniens de longue portée. En apparence anodin, puisque présenté comme défensif, ce bouclier est pourtant le prolongement de la stratégie nucléaire états-unienne. Tournant le dos à la dissuasion, cette stratégie toujours plus offensive ouvre désormais la voie à l’utilisation effective de l’arme nucléaire sur le champ de bataille.

Illustration de la ligne de partage établie Outre-Atlantique entre « Vieille » et « Nouvelle » Europe, ces installations s’invitent sur le Vieux Continent par la voie de négociations bilatérales, entre Washington et deux capitales de l’Union européenne, Prague et Varsovie. De cette manière, l’administration Bush fait l’économie d’un débat de fond au sein de l’OTAN tout en exploitant les contradictions d’une Union européenne qui se cherche en tant qu’entité politique. Dans le même temps, une nouvelle période de tension avec Moscou pointe à l’horizon. Un débat européen s’impose d’urgence.