L’UE, la CEDEAO et l’observation électorale en Afrique de l’Ouest

Quelque chose pourrait changer en Afrique de l’Ouest au cours des deux prochaines années. Le 28 mars 2015, l’un des pays les plus influents du continent a réussi son pari électoral, en se projetant vers une alternance démocratique pacifique et ordonnée. Il s’agit d’une première historique pour le Nigeria, État prépondérant au sein de la CEDEAO. Cette dernière, par ricochet, pourrait bénéficier des retombées positives de ce succès. Très active dans le domaine de l’observation électorale, l’autorité des missions que la CEDEAO déploie dans ce contexte auprès de ses membres sera désormais difficilement contournable. À l’heure où l’Afrique occidentale s’apprête à vivre huit autres consultations présidentielles en l’espace de deux ans, cet atout pourrait s’avérer particulièrement précieux. Un atout sur lequel l’UE, traditionnelle partenaire des transitions démocratiques africaines, devrait miser.

(Crédit photo: L'observateur principal Santiago Fisas suit les élections du 28 mars, à Abuja. EUEOM)