Les missions électorales de l’UE: un outil discret de gestion des crises

L’Union européenne (UE) possède un outil précieux en matière de prévention et de gestion des conflits. Il ne s’agit pas de sa Politique de sécurité et de défense commune (PSDC), toujours embryonnaire après plus de quinze ans de gestation, ni des missions de gestion des crises qu’elle déploie avec tant de peine dans ce cadre. L’UE dispose d’un autre outil, cette fois plus discret : les missions d’observation électorale (MOE), envoyées notamment dans des contextes post-conflits ou à risques, essentiellement en Afrique. En tant qu’acteur post-national, l’Union détient là un véritable levier dans le domaine de la politique étrangère, auquel les traditionnelles diplomaties européennes ne peuvent aspirer. Une valeur ajoutée évidente … mais aussi troublante pour les Etats membres, toujours aussi jaloux de leur souveraineté nationale.

Crédit photo: Bureau de vote dans le quartier Belle-vue à Conakry (Source : SEAE, 28 septembre 2013).