Afrique centrale : risques et envers de la pax tchadiana

Au cours de la décennie écoulée, le Tchad s’est employé à occuper, en Afrique centrale, les zones d’influence laissées en friche par d’autres États aux capacités bien plus importantes (Angola et Cameroun). En projetant une certaine puissance militaire en Centrafrique et aussi au Mali dans le cadre de l’opération Serval et des Nations unies, le Tchad semble vouloir se positionner en leader dans le système de régulation de la sécurité en Afrique centrale et même au Sahel. Bien qu’aucun autre État de l’espace CEEAC – hormis l’Angola – ne dispose d’une puissance de feu équivalente à celle de l’armée tchadienne, ni de troupes aussi aguerries, le statut de la puissance tchadienne reste questionné.

Crédit photo: Troupes tchadiennes de la MINUSMA, à Tessalit au Nord-Mali (source: Marco Dormino/UN - 27 juillet 2013)