Forces armées de RDC : le chaos institutionnalisé ?

Depuis leur fondation en 2003, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) n’ont cessé d’accueillir en leur sein des membres de groupes armés, après leur éventuelle soumission à des processus d’intégration plus ou moins expéditifs. D’une loyauté très relative envers l’autorité de l’État, ces nouveaux soldats et officiers ont été nombreux à déserter et à monter de nouvelles rébellions. Pourtant, une armée forte et cohérente est un préalable au rétablissement de la sécurité et à une amorce de relèvement socio-économique dans le pays, en particulier sur son versant oriental. Si l’instabilité permanente du Congo et sa stagnation économique ne sont guère propices à une réforme durable de son secteur de la sécurité, la question de la volonté politique demeure posée.

Crédit photo : soldat des FARDC sur la route de Rutshuru, au Nord-Kivu (Clara Padovan/ONU, 2 septembre 2013)