Mali, un dialogue de sourds ? Les suites de l’Accord préliminaire de Ouagadougou

Depuis la libération du Nord-Mali du joug des groupes djihadistes, le gouvernement malien s’est engagé dans un dialogue avec les groupes armés non terroristes présents dans le septentrion. L’accord préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013, qui a permis la tenue de l’élection présidentielle, n’était qu’une première étape dans le processus de sortie de crise, laquelle devant permettre la mise en place d’un dialogue inclusif post-électoral. Mais un peu plus de deux mois après l’arrivée au pouvoir du nouveau président Ibrahim Boubacar Keita, des doutes subsistent quant à la suite des négociations. Avec la détermination du statut administratif des régions du nord comme principal point de désaccord, les relations entre les parties signataires oscillent entre tensions et gestes d’apaisement, chacune campant sur ses positions sans pour autant oser rompre le dialogue.

(Crédit photo : Marco Dormino/MINUSMA)