RCA : Djotodjia et la Séléka, six mois après

En Centrafrique, après trois mois de tergiversations, de crises et d’âpres négociations (ponctuées par l’Accord de paix de Libreville du 11 janvier 2013 et par la formation du gouvernement d’union nationale du 3 février 2013), la coalition rebelle Séléka conduite par Michel Djotodjia s’emparait de Bangui, la capitale, le 24 mars 2013. François Bozizé, ex-chef de l’État, replié temporairement à Yaoundé, au Cameroun, avait dénoncé, lors de plusieurs interviews, la trahison dont il a été victime de la part de ses partenaires tchadiens et sud-africains. Or, les autorités tchadiennes qui avaient favorisé son accession au pouvoir dix ans plus tôt, l’accusaient, autant que la coalition rebelle, de n’avoir pas respecté les termes de l’Accord de paix de Libreville.

Six mois après son coup de force, la Séléka, bien que dissoute par Michel Djotodjia le 15 septembre 2013, reste à l’origine d’un climat de terreur à Bangui et dans les villes secondaires où se multiplient enlèvements, pillages, assassinats et incendies, visant notamment les populations chrétiennes et perpétrés par des ex-rebelles ne faisant allégeance qu’à leur chef-recruteur immédiat. En réaction, divers groupes d’auto-défense se sont créés, se revendiquant pour certains de l’ancien chef de l’État. François Bozizé, actuellement en exil en France, se dit favorable à un retour à l’ordre constitutionnel, par la voie des urnes ou par la force. Pendant ce temps, les ex-FACA (Forces armées de Centrafrique), restées fidèles à l’ex-chef de l’État et repliées à l’est du Cameroun et au nord de la RDC, multiplient les attaques contre la Séléka (dont les effectifs sont estimés à 20 000 combattants actuellement, en partie constitués d’adolescents tchadiens, soudanais et centrafricains) et contre les populations musulmanes.

En conséquence, la RCA, tarde à sortir des ruines. La violence semble y être banalisée et le peuple assujetti à un drame humanitaire. L’avenir sécuritaire et sociopolitique du pays est profondément hypothéqué et le bilan de la Séléka est désastreux : absence de l’État, gaspillage des misérables finances publiques, non-respect de la charte constitutionnelle, violences sexuelles, enrôlement forcé d’enfants soldats, destruction des habitations et des biens d’équipement, règlements de compte, pénuries généralisées, notamment dans les domaines alimentaire et pharmaceutique.

Dans ce climat caractérisé par l’absence d’un dispositif juridique transitoire rigoureux et par la mobilisation trop partielle de la communauté africaine (UA, CEEAC et CEMAC) et internationale (ONU, UE…), la paix et la stabilité paraissent profondément compromises. Les périphéries territoriales des pays voisins de la RCA, notamment l’est du Cameroun, ne sont pas épargnées par le transfert de la violence et de l’insécurité de Bangui.

La transformation actuelle des forces de maintien de la paix, de la Force multinationale de l’Afrique centrale (FOMAC), émanant de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC), en la Mission internationale de soutien à la République centrafricaine (MISCA, sous égide de l’Union Africaine) ne devrait pas suffire à sécuriser un pays. Ainsi, les seigneurs de la guerre et les trafiquants de toutes sortes bénéficient d’alliances transfrontalières. Même si les effectifs de la MISCA devraient, d’ici la fin de l’année, représenter presque le double de ceux de la FOMAC (de 2000 à 3600 hommes) et si la France pourrait renforcer son contingent actuel de 450 soldats, cela pourrait être insuffisant pour désarmer la Séléka et les diverses milices actives sur le territoire centrafricain.

À défaut d’être refondée, la Centrafrique risque d’être mise sous administration de l’ONU comme l’a d’ailleurs préconisé le ministre centrafricain de l’élevage et de l’industrie animale, Joseph Bendounga. Enfin, d’un point de vue sous-régional, la crise dans ce pays pose aussi la question de la structuration du leadership régional en Afrique centrale (entre le Tchad, le Cameroun et le Congo-Brazzaville) qui intègre Bangui comme espace géostratégique de déconstruction ou de reconstruction d’un « ordre «impérial nouveau ».

Crédit photo: camp rebelle au nord-est de la RCA.(source: Pierre Holtz / HDPTCAR)