Publications

RDC : les enjeux du redécoupage territorial - Décentralisation, équilibres des pouvoirs, calculs électoraux et risques sécuritaires

La question de la décentralisation est ancienne en RD Congo. Elle est régulièrement revenue sous la forme d’un débat opposant les tenants d’un État fédéral largement décentralisé aux partisans d’un État unitaire fortement centralisé. Aussi, ce débat a été régulièrement relancé face au constat d’un vide administratif dans de nombreuses régions du pays. Exacerbé par l’immensité du territoire et l’insuffisance de ses voies de communication, ce déficit de présence étatique est à l’origine d’un enclavement préjudiciable au développement de l’hinterland congolais.

Crise nord-coréenne : diplomatie, menace nucléaire et défense antimissile

Pendant la seule année 2016, Pyongyang a procédé à deux essais nucléaires et à un nombre record de tests de missiles balistiques. La question se pose, avec peut-être plus d’acuité que jamais, de savoir comment faire face à cette crise coréenne qui n’en finit pas. Les sanctions internationales n’ont pas amené Pyongyang à amender sa position. Pas plus que les pressions diplomatiques et démonstrations de force. Alors que l’objectif d’une dénucléarisation « totale, vérifiable et irrémédiable » de la Corée du Nord apparaît de moins en moins crédible, ses voisins investissent de plus en plus dans les moyens de se défendre contre ses missiles.

L’équilibre des forces au Haut-Karabakh : frictions, dissuasion et risque de déflagration

Historiquement, le caractère "gelé" de la guerre au Haut-Karabakh, autre moyen de désigner le rapport de forces favorable à l’Arménie, était assuré par deux éléments de dissuasion. L’un était technique, et concernait la capacité balistique de l’Arménie de détruire directement le coeur de l’économie azerbaïdjanaise en cas d’attaque trop ambitieuse. L’autre était diplomatique, et concernait l’alliance, ou plutôt la mise sous dépendance, de l’Arménie à la Russie, qui garantissait à la première que la Turquie n’interviendrait pas, et que le rapport de forces ne serait donc pas inversé...

Dépenses militaires, production et transferts d’armes - Compendium 2016

En 2015, les dépenses militaires mondiales se sont élevées à 1 676 milliards de dollars, soit 2,3 % du produit intérieur brut mondial et environ 228 dollars par habitant. Après une baisse de trois années consécutives, les dépenses militaires mondiales enregistrent en 2015 une hausse d’environ 1 % par rapport à 2014. Les États-Unis comptent à eux seuls pour 35,6% du total mondial.

Résumé du SIPRI Yearbook 2016 - Armements, désarmement et sécurité internationale

Ce rapport est le résumé en français du SIPRI Yearbook 2016 (892 pages), un annuaire prisé dans le monde entier par les politiciens, les diplomates, les journalistes, les académiques, les étudiants et les citoyens, comme une source fiable et indépendante de données et d’analyses sur l’armement, le désarmement et la sécurité internationale.

Le Japon, nouvel exportateur d'armements : histoire, régulations et perspectives stratégiques

Depuis l’immédiat après-guerre, la Constitution japonaise consacre le principe de renonciation à la guerre comme droit souverain de la nation. Cette prescription pacifiste est soutenue par l’essentiel de la population de l’archipel et s’est accompagnée, depuis les années 1960, d’une interdiction formelle d’exporter des armes. Or, depuis sa victoire aux élections de décembre 2012, le Premier ministre Shinzo Abe a mené des réformes dans les champs de la défense et de la sécurité, en lien avec sa promesse électorale de "remettre le Japon sur pied". En 2014, le gouvernement levait ainsi un interdit vieux d’un demi-siècle et ouvrait à nouveau au Japon la possibilité d’exporter des armements.

Contrôle de l'utilisation finale des armes: pratiques et perspectives

Les autorités chargées d’octroyer les licences d’exportation d’armes sont dans une situation peu enviable. Elles doivent assumer une énorme responsabilité chaque fois qu’elles reçoivent une demande d’autorisation de transfert d’un certain type et d’un certain volume de matériel ou de technologies militaires à un utilisateur final situé dans un pays destinataire particulier. Tout refus de leur part empêche un entrepreneur situé sur leur territoire de fournir le matériel contrôlé à un client étranger et constitue au minimum un préjudice commercial pour l’entrepreneur concerné, tandis que toute autorisation de transfert entraîne un risque potentiel de mauvaise utilisation du matériel...

Containing diversion: arms end-use and post-delivery controls

Arms transfer control authorities are in an unenviable position. Great responsibility is implied in each decision they make regarding the authorisation of the export of certain types and volumes of military goods or technology. A decision to deny the requested transfer licence prevents a company from supplying a customer abroad and is bad for business, while a decision to authorise the transfer might result in the goods being used for ill. In an ideal world, arms export control authorities would have at their disposal accurate end-use documentation allowing them to judge whether the intended use is in line with the exporting country’s national laws, as well as regional and international conventional arms control arrangements...

Armes nucléaires américaines en Europe : les raisons du statu quo

Le nombre d’armes nucléaires américaines déployées en Europe a diminué de 97 % depuis les années 1970. Toutefois, il reste encore aujourd’hui environ 180 bombes nucléaires américaines dans cinq pays européens : Pays-Bas, Allemagne, Belgique, Italie et Turquie. Pourtant, ces armes nucléaires tactiques, de courte portée, n’ont aucune utilité militaire. La capacité de dissuasion de l’OTAN ne serait en rien affectée par leur retrait. Alors pourquoi sont-elles encore là en 2016 ?

Dépenses militaires, production et transferts d'armes - Compendium 2015

Ce rapport présente une synthèse des principales statistiques relatives aux dépenses militaires mondiales, à la production et aux transferts internationaux d’armements conventionnels. Les données de ce rapport proviennent pour l’essentiel des banques de données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), éventuellement complétées par des statistiques socio-économiques d’Eurostat, de la Banque mondiale, d’agences des Nations unies ou de la presse spécialisée.

The Gulf Cooperation Council: a case of shaky power politics

Since the collapse of Saddam Hussein’s regime in 2003, the Gulf Cooperation Council has stood as the main competitor of Iran regarding regional affairs. Emboldened by Saudi Arabia military buildup during the last decade, the GCC has been developing its own defense architecture aimed at sustaining stability within Member States as well as countering any Iranian moves that could further strengthen Tehran’s foothold in the region.

Traité de non-prolifération nucléaire : l'échec de 2015 mènera-t-il au succès de la Première Commission ?

Les quatre semaines de la 9e conférence d’examen du Traité de non-prolifération nucléaire (dite "RevCon 2015"), du 27 avril au 22 mai 2015, se sont achevées dans la division. Personne ne remet en question que le TNP est la pierre angulaire du régime de non-prolifération. Mais le problème est qu’il n’est plus que cela : le pilier "désarmement nucléaire" est dans un état de mort clinique. 

Armed Groups in Katanga, a Region at the Heart of Multiple Conflicts

While about to be administratively dissolved, Katanga, the southernmost province of the DRC, has many characteristics that help understand the surge of several armed groups.

DRC’s abundant mineral resources provide for a significant share of its GDP and exports, not without causing various frustrations among the population and the ruling elite. Not to mention the unequal distribution of mineral wealth within the province, as the "geological scandal" is primarily located in the south.

Craft weapons in DRC: Survey in Bandundu and Maniema

The Democratic Republic of Congo is known for an important proliferation of small arms. However, in this huge country, the situation varies considerably from one region to another. While border regions in the East– especially the Kivus and Ituri – experience very high rates of war weapons possession, imported from abroad and industrially manufactured, other parts of the country are much less affected by this phenomenon. In these areas, the weapons held by many civilians are locally made and mainly intended mainly for hunting.

An illustration of Turkey’s place on the Defence Markets

Among NATO members, Turkey is perhaps the state facing the most volatile regional environment. Bordered by the Black Sea, the Mediterranean Sea and the Caucasus and Iran, sharing frontiers with states confronted with terrorist groups or at war such as Iraq, Syria and Lebanon, Turkey is also grappling with an armed Kurdish independence movement. Moreover, even if it is allied with Greece through NATO, the relations between Ankara and Athens remain problematic.

An ill wind : How the sale of Mistral warships to Russia is undermining EU arms transfer controls

In 2011 France agreed a contract to supply Russia with two Mistral-class amphibious assault ships with an option for two more to follow. This was the first major arms sale to Russia by a North Atlantic Treaty Organisation (NATO) state. Controversial at the time it was agreed, the recent deterioration in relations with Russia because of the Ukrainian crisis has returned the Mistral sale to the spotlight, with forthright opposition to the deal from around the European Union (EU).

Weapons Tracing in Conflict Theatres: Lessons and Perspectives

During the last couple of decades, increasing attention and resources have been dedicated to tracing illicit weapons in conflict areas. This Paper underlines the importance of this discipline and the value of the evidence-based information it generates, not only to identify the entities involved in international sanctions violations, but also to improve understanding of conflict dynamics, to enhance conflict analysis, to improve the effectiveness of existing arms control mechanisms, and to steer international assistance and cooperation more effectively.

Study on the implementation of Directive 200943EC on transfers of defence-related products

The study of the implementation of Directive 2009/43/EC simplifying terms and conditions of transfers of defence-related products within the Community (also referred to as Directive 2009/43/EC or the Intra-European Union (EU)/Community Transfers (ICT) Directive)1 aims to identify and analyse the current problems in the implementation of the Directive and the obstacles encountered by its main beneficiaries, i.e.

Initiatives de l’UE pour le contrôle des armes légères : vers une meilleure coordination

L’Union européenne (UE) joue un rôle majeur dans la prévention et la lutte au niveau mondial contre l’accumulation et la prolifération incontrôlées des armes légères et de petit calibre (ALPC) et de leurs munitions. La Stratégie européenne de lutte contre l’accumulation et le trafic illicites d’ALPC adoptée en 2005 a donné une impulsion décisive en favorisant le multilatéralisme, avec pour but la mise en place de mécanismes au sein des instances compétentes de lutte contre la prolifération illicite des ALPC.

Répertoire des entreprises du secteur de l’armement en Belgique

Définir le périmètre du secteur des entreprises impliquées dans la production d’armements n’est pas une opération aisée. Le «secteur de l’armement» en tant que tel n’existe pas dans les statistiques nationales en Belgique. Quelques entreprises ont une activité dépendant à 100% des commandes militaires ou des marchés de la sécurité, tandis que la plupart ont une activité duale, civile et militaire, dans des proportions variables d’un exercice à l’autre et difficiles à définir.

Dépenses militaires, production et transferts d'armes - Compendium 2014

Ce rapport présente une synthèse des principales statistiques relatives aux dépenses militaires mondiales, à la production et aux transferts internationaux d'armements conventionnels. Les données de ce rapport proviennent pour l'essentiel des banques de données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), éventuellement complétées par des statistiques socio-économiques d'Eurostat, de la Banque mondiale, d'agences des Nations unies ou de la presse spécialisée.

Le programme nucléaire iranien : Rétrospective sur les accords conclus avec l’AIEA et le « P5+1 »

Le 24 novembre 2013, Catherine Ashton, qui mène les négociations au nom du « P5+1 », et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, ont annoncé qu’un accord intérimaire (Joint Plan of Action) avait été conclu. En figeant le programme nucléaire iranien à son état actuel (en novembre 2013) et en relâchant quelque peu le régime international de sanctions qui frappe Téhéran, l’accord permet d’instaurer un climat plus serein pour conclure un accord final qui s’attaquera aux détails techniques.

Iran and the Syrian issue : from "Arab Spring" to Geneva II

Relations with Syria are at the core of the Iranian foreign policy in the Levant. At first, Teheran was quite pleased with the « Arab Spring » uprisings as they offer it new opportunities in the Middle-East. It then denounced the protest movement which affected Damascus. The interests of the Islamic Republic of Iran are such, in that country, that it decided to back Assad’s regime at any cost (politically, diplomatically, militarily, and economically).    

This choice, made during the 2011 protests against Assad, took a renewed importance as the country plunged into civil war...

Groupes armés actifs en R. D. Congo - Situation dans le « Grand Kivu » au 2ème semestre 2013

L’objectif de la présente étude est de donner un descriptif de la situation des groupes armés actifs dans l’est du Congo, en particulier dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema, telle qu’elle l’était en cette seconde moitié de l’année 2013. Elle a également comme ambition de fournir un essai d’analyse sur ce phénomène spécifiquement congolais de prolifération pléthorique de groupes armés et d’avancer quelques propositions qui pourraient l’endiguer. 

Un New Deal pour le marché européen de la défense ? La position de la Commission en vue du Conseil européen de décembre 2013

L’industrie européenne de défense se confronte depuis une décennie à des menaces préexistantes et nouvelles : mondialisation des menaces, crise économique, fragmentation du marché de défense, duplications et coûts inutiles.

Pages