Publications

The Israeli-Palestinian issue and the Euro-Mediterranean Partnership: Chronicle of an announced failure?

The Euro-Mediterranean Partnership had raised many hopes on both sides of the Mediterranean. Yet the agreements have not been satisfactory and sometimes proved largely disappointing compared to their initial ambitions. The European Neighbourhood Policy and later the Union for the Mediterranean have not been able to revitalize this partnership. A number of shortcomings have shaken it right from the start. Identifying these weaknesses and the political will to address them is therefore, necessary to revitalize the partnership. The main stumbling block continues to be the Israeli-Palestinian issue. The partnership will only become legitimate if it can act credibly and effectively in consultation with other international actors on this decades old central issue for the Mediterranean area - and beyond.
 
 
 

Burkina’s new Mining code: a share of gold for everyone?

Burkina Faso is one of the poorest countries in the world. Its development strategies are focused mainly on the industrialization of its natural resources. Gold mining has become, since 2009, the country’s main source of economic growth, even though it has failed to initiate the economic leverage needed to improve the living conditions of the population. In order to solve this issue, the transitional government has adopted a new Mining Code in June 2015. This note studies the evolution of this sector so as to determine to what extent the new Mining Code may contribute in making gold the lever of sustainable socio-economic development, which Burkina Faso aspires for 2025?​

Objectif Bastogne : sur les traces des reporters de guerre américains

Hiver 44-45 : Ernest Hemingway et Martha Gellhorn parcourent les collines enneigées et ensanglantées des Ardennes. Walter Cronkite qui, dans les années 1960, sera surnommé "l’homme le plus digne de confiance de l’Amérique", informe pour United Press à partir de Luxembourg et d’Assenois. Le mythique Robert Capa fixe son objectif au plus près de l’action.

Une Bosnie sinistrée vingt ans après Dayton

Le 21 novembre 1995, un accord conclu sur la base étatsunienne de Dayton (Ohio) mettait fin à la guerre en Bosnie-Herzégovine. Vingt ans plus tard, si le pays a quasiment disparu des écrans des téléviseurs, il continue à vivoter dans le moule de l’accord, officiellement signé le 14 décembre à Paris.

Une des particularités de l’accord de Dayton est qu’il n’a pas été conclu par les trois factions qui se sont âprement combattues pendant trois années et demie. Si le président internationalement reconnu du pays, le Bosniaque Alija Izetbegović, l’a bien signé au nom de sa communauté, les Serbes et Croates bosniens ont été représentés par les présidents de deux pays voisins – certes impliqués dans le conflit – le Serbe Slobodan Milošević et le Croate Franjo Tudjman.

Crédit photo : Slobodan Milosevic, Alija Izetbegović et Franjo Tudjman (source : Jan Underwood/Dayton Daily News)

 

COP 21, ENMOD and the 6th November : Peace and War at Stake

In 2001, the United Nations General Assembly adopted a resolution proclaiming that November 6th would be the “International Day for Preventing the Exploitation of the Environment in War and Armed Conflict”.

On the eve of the 21st Conference of the Parties to the UN Framework Convention on Climate Change (UNFCCC), or COP21, held from November 30 to December 11, 2015 at Paris-Le Bourget, this was the opportunity to discuss what COP 21 would not talk about: the impact of armed forces on climate change, in peacetime as in wartime.

My purpose here is not to show why the rampant militarization of our planet is a major cause of deterioration of our ecosystems. Nor is it to remind everybody of the obvious: that war is inherently destructive for the environment. I don’t even wish to investigate the reasons why the environmental impact of military activities is not taken into account[1]. My purpose, on November 6th, was to remind that the environment, which is always a collateral victim of conflicts and military activities, can also become a weapon in itself, and it is urgent that we concern ourselves with the legal instruments designed to prevent that risk.

War, law and environment

International humanitarian law has two main instruments to protect the environment during hostilities.

Tunisia: a threatened exception

Tunisia is an exception in a deteriorating regional environment. Nearly five years after its revolution, Tunisia’s progressive constitution arises from an unprecedented compromise between political forces whose interests ultimately proved to be compatible. As a tribute to the progress achieved in more than two years, a coalition of four civil society groups was recently awarded the Nobel Peace Prize. This highly symbolic honor acknowledges the work of a heterogeneous quartet erected amidst the political crisis and rewards the Tunisian national dialogue. However, the country is facing major obstacles. It suffers from the consequences of the Libyan security vacuum, as well as from the geopolitical tactics of regional powers with conflicting interests. Moreover, Tunisia’s economy is plagued by terrorism, which threatens to undermine its democratic impulse. 

Crédit photo : Marche de la liberté à Tunis, en janvier 2012 (source : Amine Ghrabi / Licence Creative Commons)

Juger les multinationales. Droits humains bafoués, ressources naturelles pillées, impunité organisée.

Coca-Cola, Monsanto, Shell, Nestlé, Bayer, Texaco… : certaines marques sont associées à des scandales retentissants. Hydropiraterie en Inde, pesticides aux effets dévastateurs, exploitation pétrolière transformant le delta du Niger en désert écologique, drame du Rana Plaza au Bangladesh, enfants empoisonnés par le plomb au Pérou…, la liste est longue et plus qu’inquiétante.

L’accord sur le nucléaire iranien : décryptage

Ça y est, depuis la "date d’adoption" le 18 octobre 2015, l’accord sur le dossier nucléaire iranien est officiellement sur les rails. Mais ce document d’une centaine de pages peut se révéler un véritable casse-tête pour les non-initiés. Tentative de décryptage d’un accord complexe aux implications profondes et multiples pour le Moyen-Orient et la non-prolifération nucléaire...

Traité de non-prolifération nucléaire : l'échec de 2015 mènera-t-il au succès de la Première Commission ?

Les quatre semaines de la 9e conférence d’examen du Traité de non-prolifération nucléaire (dite "RevCon 2015"), du 27 avril au 22 mai 2015, se sont achevées dans la division. Personne ne remet en question que le TNP est la pierre angulaire du régime de non-prolifération. Mais le problème est qu’il n’est plus que cela : le pilier "désarmement nucléaire" est dans un état de mort clinique. 

Impact de la baisse du prix du pétrole sur les pays producteurs d’Afrique équatoriale

Sauf événement géopolitique majeur ou revirement soudain de la stratégie suivie par l’Arabie saoudite, le prix du pétrole ne devrait pas remonter durablement dans les prochains mois. Comme tous les pays exportateurs à travers le monde, les États producteurs d’Afrique équatoriale sont durement affectés par la chute du prix du pétrole et la réduction des recettes pétrolières depuis l’été 2014, même si le Cameroun, du fait de son économie plus diversifiée et de l’importance de son marché intérieur, est mieux armé pour y faire face.

Les gouvernements ont, pendant plusieurs mois, cherché à minimiser l’ampleur des ajustements budgétaires nécessaires, arguant que la baisse du cours du pétrole ne serait que temporaire. Au cours du premier semestre 2015, tous ont néanmoins dû admettre la nécessité de procéder à des révisions budgétaires se traduisant à la fois par une réduction importante des investissements publics (en particulier dans les projets d’infrastructures qui représentaient pourtant le fer de lance de leurs politiques de développement et de diversification de l’économie) et par une envolée du déficit budgétaire, qui devrait à terme entraîner une hausse (parfois très importante) de l’endettement de ces États. 

2015 Ivorian Elections: Should the EU Have Observed the Polls?

If Africa is the privileged destination of the EU electoral observation missions, the European observers will not be in Ivory Cost for the presidential elections foreseen the 25 of October 2015. After the 2010 electoral conflict, when the EU was massively present, this decision has surprised more than a few.

This article analyses three aspects of the Ivorian electoral process (the Independent Electoral Commission running, the electoral roll redaction and the results traceability), in order to align them with the criteria usually followed by the EU before deciding the deployment of a mission. The aim is to understand if the choice of not being in Ivory Coast this time is relevant. 

Crédit photo : Lancement de l'opération de révision de la liste électorale à Yamoussoukro (source : CEI)

Monitoring of regional Stability in the Sahel region and in West Africa – July to September 2015

This quarterly monitoring aims to follow the security situation in West Africa with a focus on Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinea, Mali, Niger and Senegal. It examines in particular broad internal security issues, regional tensions, and cross-border crime and trafficking.

Published by GRIP since 2011, it is part of a project named “Contributing to improve human security, conflict prevention and strengthening the rule of law in Sub-Saharan countries” funded by the Ministry of Foreign Affairs of the Grand Duchy of Luxembourg.

(Photo: élections en Guinée, 10 septembre 2015, © guinee7.com)

 

 

Armes nucléaires: et si elles ne servaient à rien? 5 mythes à déconstruire

«Ce sont les bombes sur Hiroshima et Nagasaki qui ont forcé le Japon à capituler»; «Les armes nucléaires nous protègent. Elles ont empêché la Guerre froide de dégénérer en guerre ouverte»; «la dissuasion nucléaire est efficace, il suffit de penser au blocus de Berlin ou à la crise des missiles de Cuba»; «De toute façon, il n’y a pas d’alternative, on ne peut pas désinventer la Bombe…»

SIPRI Yearbook 2015 (Résumé) - Armements, désarmement et sécurité internationale

Voici le résumé en français du SIPRI Yearbook 2015, un annuaire apprécié dans le monde entier par des politiciens, des diplomates, des journalistes, des académiques, des étudiants et des citoyens, comme une source fiable et indépendante de données et analyses sur l’armement, le désarmement et la sécurité internationale.

Burkina Faso and its army brought to heel by the Regiment of Presidential Security?

Since the fall of Blaise Compaoré on 31 October 2014 following a popular revolt, Burkina Faso goes through a period of political turbulences, with its stability shaken by four attempts by the RSP to end the transition. This time in fact, the RSP managed to perpetrate a coup, but it is not clear yet that it will succeed in ending that regime. This situation is not as unusual as it seems, if one replaces it in the context of the political developments the country has been going through since its independence.

Crédit photo : le chef de la junte, le général Gilbert Diendéré (source : capture d'écran d'une vidéo de France24)

 

Humanitarian Dimension of Disarmament and Nuclear Danger in France

The humanitarian approach has become central in the discussions on nuclear disarmament. It is based on the risk of detonation of a weapon by a voluntary, accidental or malicious act. Many cases have been reported in the US, UK and Russia. The scarcity of information in France appears to be related to the worship of the "secret" that exists generally on nuclear weapons. But the lack of official information doesn’t mean that there wasn’t a military nuclear accident. Moreover, if the effects of a nuclear detonation are widely shared, French diplomats and French think tanks criticize both the arguments and the purpose of this approach: the elimination of nuclear weapons...
 
Crédit photo: Marine nationale / Alain Monot
 

Small arms, new technology and control challenges

Recent technological developments offer new opportunities to strengthen and enhanced existing practices in marking, record-keeping, securing, and tracing of small arms and light weapons. However, new technologies also bring important challenges for existing control instruments and mechanisms with possible negative consequences for international efforts to prevent and combat the illicit trade in small arms. This research note intends to shed light on the recent developments in technology, small arms conception and production, the implications for effective marking, record-keeping and tracing, and consider the effective use of technologies and relevant tools to reinforce its efficiency.

Crédit photo : pièces du pistolet en polymère "Liberator"  produites par une imprimante 3D (source: Justin Pickard/Licence creative commons)

Arms transfer controls in sub-Saharan Africa: Lessons for the implementation of the Arms Trade Treaty

This GRIP Analysis sums up the main findings of baseline studies conducted in ten Francophone African countries with the aim to identify challenges ahead in the implementation of the Arms Trade Treaty. It takes stock of the strengths and weaknesses of the arms transfer control systems found in place, points out contextual elements believed to be key, and recommends strategies for strengthening these systems through international cooperation and assistance mechanisms...

Crédit photo: traçage d'ALPC en Côte d'Ivoire (source : GRIP/Mélanie De Groof)

Iran : quel avenir pour l’embargo sur les armes?

Le 14 juillet 2015, la République islamique d'Iran a conclu un accord sur la question du nucléaire avec le groupe E3/UE+3 (la Chine, les États-Unis et la Russie ; l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, avec la Haute Représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité), mettant fin à plus de dix ans de négociations. Cet accord historique ouvre la voie à une levée de l’embargo des Nations unies sur les armes qui touche l’Iran. Dans le cadre de ce plan d'action global conjoint, l’Iran accepte de limiter sur le long terme son programme nucléaire en échange d’une levée des sanctions internationales qui frappent le pays...

Crédit photo: Licence Creative Commons / Iran Military Forum 

RDC : Filimbi, la nouvelle génération de citoyens qui ébranle le pouvoir

Décidée à faire entendre sa voix, la jeunesse africaine est en ébullition. Aux quatre coins du continent, des mouvements citoyens parviennent à embraser la société civile, jusqu’à faire tomber des pouvoirs en place. Symboles d’une nouvelle génération, leur leitmotiv est celui du respect de l’alternance démocratique, comme pilier de la démocratie. En 2012, "Y’en a marre" au Sénégal avait craqué l'allumette en s’engageant contre une troisième candidature du président Abdoulaye Wade. Deux ans plus tard, c’était au tour du "Balai citoyen" burkinabè de prendre part au soulèvement populaire qui a chassé le président Blaise Compaoré, après 27 ans au pouvoir...

Crédit photo: logo du collectif congolais Filimbi (sifflet en swahili)

Réfugiés burundais : des risques sécuritaires et fonciers pour la région

Depuis l’investiture de Pierre Nkurunziza comme candidat à l’élection présidentielle du parti CNDD-FDD le 25 avril dernier, le Burundi connait une spirale de violences caractérisées notamment par la tentative de renversement du pouvoir, la fermeture voire la destruction des médias privés, les manifestations souvent violemment réprimées, les enlèvements, les arrestations et les assassinats des manifestants de tous bords. Ce lot de violences a obligé près de 180 000 Burundais (selon les chiffres du 30 juillet de l’UNHCR) à s’exiler principalement dans trois pays voisins : à savoir la RDC, le Rwanda et la Tanzanie...

Crédit photo: engorgement de réfugiés à Kagunga, localité tanzanienne située près de la frontière burundaise,  sur les rives du lac Tanganyika (source: CICR/L. Kamau)

Le Congo-Brazzaville et le Rwanda dans la nouvelle géopolitique angolaise : entre hégémonie coopérative et équilibre des puissances

La politique extérieure de l’Angola à l’égard du Congo-Brazzaville et du Rwanda est symptomatique des mutations et de la recomposition des dynamiques politiques en cours dans la sous-région de l’Afrique centrale.

La gestion par l’Angola de sa situation de guerre civile, puis des crises survenues dans la région au cours des dix dernières années, a donné à l'Angola sa propre approche de résolution des conflits et forgé une tendance à cibler des partenariats qui priorisent ses propres intérêts nationaux.

Toutefois, les évolutions politiques récentes dans la sous-région – notamment la montée d’autres puissances prétendantes –, ainsi que la prise en compte du coût des cycles de conflits en Afrique centrale au cours de cette dernière décennie, semblent en partie questionner la viabilité des logiques de projection militaire, au profit d’un retour à la logique diplomatique et au multilatéralisme comme mode de renforcement de l'environnement sécuritaire régional.

Le Tchad : un hégémon aux pieds d’argile

Déjà reconnu pour sa contribution déterminante dans la lutte contre les djihadistes et groupes armés au nord du Mali, le Tchad a confirmé ses aspirations au leadership dans l’espace sahélien en s’appropriant la direction de la lutte contre les islamistes nigérians de Boko Haram, et en reléguant au second plan les géants nigérians et camerounais, pourtant nantis d’économies plus puissantes et plus diversifiées.

À l’instar d’autres puissances montantes de la sous-région, comme l’Angola ou le Rwanda, le Tchad adosse sa politique d’influence naissante sur deux leviers, la capacité de projection de son armée et le déploiement d’une diplomatie volontariste pour se positionner comme interlocuteur incontournable dans l’espace sahélien et en Afrique centrale.

Sa position stratégique, à la charnière des espaces géopolitiques et des systèmes de conflits (de la zone sahélo-saharienne à l’espace nilo-soudanais), sa stabilité relative – en dépit du caractère autoritaire de son régime politique –, ainsi que la qualité de ses forces armées, ont contribué à faire du Tchad, le pivot franco-américain d’une stratégie du contre-terrorisme dans la sous-région.

Children victims of armed conflicts: practices and struggle in Africa

The issue of children victims of armed conflicts has been at the center of the international community concerns, for more than three decades. Yet, the report shows that despite the resources gathered, the problem remains alarming. In Africa especially, the rising power of terrorist armed groups creates an overall atmosphere of insecurity for children who are enrolled as soldiers or are victims of many other abuses. Considering that, the means for a struggle defined by the African Union and the sub-regional institutes of Central and Western Africa – the most vulnerable parts of the continent – arouses thoughts.

Crédit photo: centre de réhabilitation d’enfants soldats en Centrafrique (source: DG ECHO / Gregoire Pourtier)

Pages