Dépenses militaires, production et transferts d'armes - Compendium 2009

Ce rapport présente une synthèse des principales statistiques relatives aux dépenses militaires mondiales, à la production et aux transferts internationaux d’armements conventionnels. Les données de ce rapport proviennent pour l’essentiel des banques de données du SIPRI, éventuellement complétées par des statistiques socio-économiques extraites des bases de données d’Eurostat, de la Banque mondiale, d’agences des Nations unies ou de la presse spécialisée. En 2007, les dépenses militaires mondiales se sont élevées à 1 339 milliards de dollars ce qui représente 2,45% du produit intérieur brut mondial et environ 198 dollars par habitant. à eux seuls, les États-Unis comptent pour 45% de ce total. Le chiffre d’affaires cumulé réalisé dans la production d’armements par les 100 principaux producteurs d’armement dans le monde est évalué à 347,4 milliards de dollars pour l’année 2007. En 2007, le Top 100 du secteur de l’armement comptait 45 firmes américaines, 23 firmes de l’Union européenne, et 32 firmes établies ailleurs dans le monde. Au cours de la décennie écoulée (1998-2007), les transferts d’armements se sont répartis à raison d’environ 43% pour l’Union européenne, 31% pour les États-Unis et 19% pour la Russie, l’ensemble des autres pays se partageant le solde. Déduction faite des transferts intra-européens, les exportations nettes de l’UE vers le reste du monde ont représenté environ 27% du total mondial. L’évaluation de la valeur financière des exportations d’armes dans le monde s’établit à environ 46 milliards de dollars en 2006, soit environ 0,31% des échanges commerciaux mondiaux de biens et services. Une distribution des importations mondiales en fonction de l’indicateur de développement humain des Nations unies (IDH) indique que les 22 pays les plus pauvres de la planète (IDH faible) ont importé 1,37% des transferts mondiaux d’armements au cours de la période 2003-2007. Il s’agit d’une très nette amélioration par rapport aux années 1980, lorsque cette proportion frôlait les 10%. Néanmoins, aussi faibles soient-ils, les achats d’armements continuent à peser lourdement sur les capacités de développement de certains pays.