Le déploiement militaire étranger en Asie du Sud dans le cadre de l’aide humanitaire d’urgence aux pays frappés par le tsunami

- Immédiatement après la catastrophe du 26 décembre 2004, nous avons assisté à une mobilisation planétaire dans laquelle les militaires ont joué un rôle premier plan.

- Près de 40 000 militaires issus d’une vingtaine de pays se sont retrouvés dans l’Océan indien à bord de 70 navires. Ils ont mobilisé ou affrété plus de 45 avions-cargo et plus d’une centaine d’hélicoptères.

- A eux seuls, les Etats-Unis ont déployé en moyenne 30% des effectifs et du matériel.

- L’Inde, la Malaisie ou Singapour ont déployé davantage de moyens que certains pays occidentaux.

- Certains pays parmi les plus pauvres comme les Philippines, le Bangladesh ou l’Afghanistan ont envoyé des volontaires.

- De façon inattendue, plusieurs pays sinistrés ont, pour des raisons différentes, dénoncé certains aspects de l’aide apportée ou ont simplement décliné des offres d’assistance.

- Jusqu’à présent, les organisations humanitaires, toutes tendances confondues, n'ont pas émis de critiques sérieuses sur l'implication des militaires.