Transferts d'armes au Moyen-Orient : qui arme qui et pourquoi

Le Moyen-Orient est, depuis longtemps, une priorité stratégique et économique pour les puissances internationales qui s’y impliquent de différentes manières : négociations politiques, accords commerciaux ou encore investissements divers. 

Les transferts d’armes représentent une autre facette de cette implication. Depuis la fin de la Guerre froide, le Moyen-Orient est une des régions du monde qui a importé le plus d’armements. En effet, l’approvisionnement militaire de la région semble être une réponse automatique des puissances étrangères aux défis auxquels leurs alliés locaux doivent faire face. 

Sur les cinq dernières années, la région a concentré plus d’un cinquième des importations mondiales, principalement en raison des achats effectués par 5 États : les Émirats arabes unis, Israël, l’Égypte, l’Iran et l’Arabie saoudite. 

Du côté des exportateurs, les contrats sont également conclus par un petit nombre de pays. Les États-Unis, qui comptent pour la moitié des exportations, fournissent les pays du CCG et Israël. Ils sont suivis par les États membres de l’Union européenne dont les armes ont généralement les mêmes destinations. Enfin, les transferts de la Russie et la Chine se dirigent vers les pays délaissés par Washington et Bruxelles.