Iran. Regard vers l'Est : la politique asiatique de la République islamique

En symbiose religieuse, culturelle et historique avec le monde indien depuis la nuit des temps, en relation d'estime et d'échange mutuels avec la Chine de très longue date et fasciné par l'expérience de la modernisation japonaise depuis la fin du XIXe siècle, l'Iran a toujours entretenu des rapports très étroits avec le sous-continent et l'Extrême-Orient. Si, au XIXe siècle, ces relations ont été réduites à leur plus simple expression, depuis la décennie 1990 – la fin de la Guerre froide et la disparition de l'URSS, suivies de la montée de l'hégémonisme américain et des attentats du 11 septembre 2001 – l'Iran a développé et consolidé ses relations avec ces trois pays aux plans politique, économique et énergétique, si bien que l'on peut parler d'un véritable « regard vers l'Est ». Au travers de sa politique asiatique, la République islamique, État pivot du Sud-Ouest asiatique, tente de prendre sa place sur l'échiquier géopolitique du Grand Continent. Atténuer sa dépendance vis-à-vis de l'Europe, restaurer son image internationale, améliorer sa sécurité nationale, acquérir du matériel militaire, accéder à certaines technologies nucléaires et se soustraire aux pressions américaines sont autant d'objectifs qu'elle poursuit. Si Téhéran ne néglige pas pour autant ses relations avec la Malaisie, les deux Corée, la Thaïlande, l'Indonésie ou les Républiques centre-asiatiques, sa politique asiatique s'articule en priorité sur le développement de relations privilégiées avec ces trois géants asiatiques que sont l'Inde, la Chine et le Japon. 

Ces relations revêtent une importance cruciale, non seulement dans le contexte actuel de la crise nucléaire iranienne mais aussi, dans celui, plus large, du renforcement des relations énergétiques entre les pays de la région du Golfe Persique et le reste de l'Asie, en raison notamment du développement économique continu de la Chine et désormais de l'Inde. Dans cette perspective, l'Analyse que nous proposent les auteurs des relations entre ces pays constituent un dossier riche d’enseignements, qui rappelle l’importance de l'Inde, la Chine et le Japon dans le grand échiquier des relations internationales.