Publications

L’équilibre des forces au Haut-Karabakh : frictions, dissuasion et risque de déflagration

Historiquement, le caractère "gelé" de la guerre au Haut-Karabakh, autre moyen de désigner le rapport de forces favorable à l’Arménie, était assuré par deux éléments de dissuasion. L’un était technique, et concernait la capacité balistique de l’Arménie de détruire directement le coeur de l’économie azerbaïdjanaise en cas d’attaque trop ambitieuse. L’autre était diplomatique, et concernait l’alliance, ou plutôt la mise sous dépendance, de l’Arménie à la Russie, qui garantissait à la première que la Turquie n’interviendrait pas, et que le rapport de forces ne serait donc pas inversé...

Dépenses militaires, production et transferts d’armes - Compendium 2016

En 2015, les dépenses militaires mondiales se sont élevées à 1 676 milliards de dollars, soit 2,3 % du produit intérieur brut mondial et environ 228 dollars par habitant. Après une baisse de trois années consécutives, les dépenses militaires mondiales enregistrent en 2015 une hausse d’environ 1 % par rapport à 2014. Les États-Unis comptent à eux seuls pour 35,6% du total mondial.

Résumé du SIPRI Yearbook 2016 - Armements, désarmement et sécurité internationale

Ce rapport est le résumé en français du SIPRI Yearbook 2016 (892 pages), un annuaire prisé dans le monde entier par les politiciens, les diplomates, les journalistes, les académiques, les étudiants et les citoyens, comme une source fiable et indépendante de données et d’analyses sur l’armement, le désarmement et la sécurité internationale.

Le Japon, nouvel exportateur d'armements : histoire, régulations et perspectives stratégiques

Depuis l’immédiat après-guerre, la Constitution japonaise consacre le principe de renonciation à la guerre comme droit souverain de la nation. Cette prescription pacifiste est soutenue par l’essentiel de la population de l’archipel et s’est accompagnée, depuis les années 1960, d’une interdiction formelle d’exporter des armes. Or, depuis sa victoire aux élections de décembre 2012, le Premier ministre Shinzo Abe a mené des réformes dans les champs de la défense et de la sécurité, en lien avec sa promesse électorale de "remettre le Japon sur pied". En 2014, le gouvernement levait ainsi un interdit vieux d’un demi-siècle et ouvrait à nouveau au Japon la possibilité d’exporter des armements.

Contrôle de l'utilisation finale des armes: pratiques et perspectives

Les autorités chargées d’octroyer les licences d’exportation d’armes sont dans une situation peu enviable. Elles doivent assumer une énorme responsabilité chaque fois qu’elles reçoivent une demande d’autorisation de transfert d’un certain type et d’un certain volume de matériel ou de technologies militaires à un utilisateur final situé dans un pays destinataire particulier. Tout refus de leur part empêche un entrepreneur situé sur leur territoire de fournir le matériel contrôlé à un client étranger et constitue au minimum un préjudice commercial pour l’entrepreneur concerné, tandis que toute autorisation de transfert entraîne un risque potentiel de mauvaise utilisation du matériel...

Containing diversion: arms end-use and post-delivery controls

Arms transfer control authorities are in an unenviable position. Great responsibility is implied in each decision they make regarding the authorisation of the export of certain types and volumes of military goods or technology. A decision to deny the requested transfer licence prevents a company from supplying a customer abroad and is bad for business, while a decision to authorise the transfer might result in the goods being used for ill. In an ideal world, arms export control authorities would have at their disposal accurate end-use documentation allowing them to judge whether the intended use is in line with the exporting country’s national laws, as well as regional and international conventional arms control arrangements...

Armes nucléaires américaines en Europe : les raisons du statu quo

Le nombre d’armes nucléaires américaines déployées en Europe a diminué de 97 % depuis les années 1970. Toutefois, il reste encore aujourd’hui environ 180 bombes nucléaires américaines dans cinq pays européens : Pays-Bas, Allemagne, Belgique, Italie et Turquie. Pourtant, ces armes nucléaires tactiques, de courte portée, n’ont aucune utilité militaire. La capacité de dissuasion de l’OTAN ne serait en rien affectée par leur retrait. Alors pourquoi sont-elles encore là en 2016 ?

Dépenses militaires, production et transferts d'armes - Compendium 2015

Ce rapport présente une synthèse des principales statistiques relatives aux dépenses militaires mondiales, à la production et aux transferts internationaux d’armements conventionnels. Les données de ce rapport proviennent pour l’essentiel des banques de données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), éventuellement complétées par des statistiques socio-économiques d’Eurostat, de la Banque mondiale, d’agences des Nations unies ou de la presse spécialisée.

Conseil de coopération du Golfe, une politique de puissance en trompe-l’œil

Depuis l'effondrement du régime de Saddam Hussein en 2003, le Conseil de coopération du Golfe (CCG) est devenu le principal challenger de l'Iran sur la scène régionale. Porté par la montée en puissance militaire de l'Arabie saoudite, le CCG a développé une architecture de défense qui vise à garantir la stabilité des États membres ainsi qu'à contrer les éventuelles velléités de l’Iran d’étendre son influence dans la région. 

Traité de non-prolifération nucléaire : l'échec de 2015 mènera-t-il au succès de la Première Commission ?

Les quatre semaines de la 9e conférence d’examen du Traité de non-prolifération nucléaire (dite "RevCon 2015"), du 27 avril au 22 mai 2015, se sont achevées dans la division. Personne ne remet en question que le TNP est la pierre angulaire du régime de non-prolifération. Mais le problème est qu’il n’est plus que cela : le pilier "désarmement nucléaire" est dans un état de mort clinique. 

Armes artisanales en RDC: Enquête au Bandundu et au Maniema

La République démocratique du Congo est connue pour sa grande prolifération d’armes de petit calibre. Cependant, dans cet immense pays, la situation varie considérablement d’une région à l’autre. Si les zones frontalières de l’Est – en particulier les deux Kivu et l’Ituri – connaissent des taux très importants de détention d’armes de guerre, importées d’autres pays et de fabrication industrielle, les autres régions du pays sont bien moins affectées par ce phénomène.

Quelle place occupe la Turquie sur les marchés de défense?

Parmi les membres de l’OTAN, la Turquie est probablement l’État confronté à l’environnement régional le plus volatile. Bordée par la mer Noire, la Méditerranée, le Caucase et l’Iran, frontalière d’États confrontés à des groupes terroristes ou en guerre – comme l’Irak, la Syrie et même le Liban – la Turquie est également aux prises avec un mouvement indépendantiste kurde comportant un volet armé.

Au vent mauvais : Comment la vente des Mistral à la Russie sape les efforts de l’Union européenne

En 2011, la France a conclu un contrat avec la Russie pour la livraison de deux navires d’assaut amphibie de classe Mistral avec une option pour l’achat de deux autres unités. Il s’agissait de la première grande vente d’armes à la Russie par un pays de l’OTAN. Bien que controversée dès son origine, la récente détérioration des relations avec la Russie en raison de la crise ukrainienne a remis sur le devant de scène médiatique la vente des Mistral, ce qui a été l’occasion pour la plupart des membres de l’Union européenne de rappeler leur opposition à cette livraison.

Le traçage des armes sur les lieux de conflits: leçons et perspectives

Ces vingt dernières années, le traçage des armes illicites dans les zones de conflit a suscité un regain d’attention. Utilisée initialement dans le cadre d’embargos internationaux sur les armes, l’expertise dans ce domaine n’a cessé de croître en impliquant, outre les comités de sanctions mandatés par le Conseil de sécurité des Nations unies, des organisations non gouvernementales, des chercheurs indépendants et des journalistes d’investigation. Cette discipline s’étend aujourd’hui bien au-delà des pays visés par des embargos sur les armes.

Study on the implementation of Directive 200943EC on transfers of defence-related products

The study of the implementation of Directive 2009/43/EC simplifying terms and conditions of transfers of defence-related products within the Community (also referred to as Directive 2009/43/EC or the Intra-European Union (EU)/Community Transfers (ICT) Directive)1 aims to identify and analyse the current problems in the implementation of the Directive and the obstacles encountered by its main beneficiaries, i.e.

Initiatives de l’UE pour le contrôle des armes légères : vers une meilleure coordination

L’Union européenne (UE) joue un rôle majeur dans la prévention et la lutte au niveau mondial contre l’accumulation et la prolifération incontrôlées des armes légères et de petit calibre (ALPC) et de leurs munitions. La Stratégie européenne de lutte contre l’accumulation et le trafic illicites d’ALPC adoptée en 2005 a donné une impulsion décisive en favorisant le multilatéralisme, avec pour but la mise en place de mécanismes au sein des instances compétentes de lutte contre la prolifération illicite des ALPC.

Répertoire des entreprises du secteur de l’armement en Belgique

Définir le périmètre du secteur des entreprises impliquées dans la production d’armements n’est pas une opération aisée. Le «secteur de l’armement» en tant que tel n’existe pas dans les statistiques nationales en Belgique. Quelques entreprises ont une activité dépendant à 100% des commandes militaires ou des marchés de la sécurité, tandis que la plupart ont une activité duale, civile et militaire, dans des proportions variables d’un exercice à l’autre et difficiles à définir.

Dépenses militaires, production et transferts d'armes - Compendium 2014

Ce rapport présente une synthèse des principales statistiques relatives aux dépenses militaires mondiales, à la production et aux transferts internationaux d'armements conventionnels. Les données de ce rapport proviennent pour l'essentiel des banques de données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), éventuellement complétées par des statistiques socio-économiques d'Eurostat, de la Banque mondiale, d'agences des Nations unies ou de la presse spécialisée.

Le programme nucléaire iranien : Rétrospective sur les accords conclus avec l’AIEA et le « P5+1 »

Le 24 novembre 2013, Catherine Ashton, qui mène les négociations au nom du « P5+1 », et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, ont annoncé qu’un accord intérimaire (Joint Plan of Action) avait été conclu. En figeant le programme nucléaire iranien à son état actuel (en novembre 2013) et en relâchant quelque peu le régime international de sanctions qui frappe Téhéran, l’accord permet d’instaurer un climat plus serein pour conclure un accord final qui s’attaquera aux détails techniques.

L'Iran et la question syrienne : des "Printemps arabes" à Genève II

Les relations avec la Syrie sont une pièce maîtresse de la politique étrangère iranienne au Levant. Confronté à la vague des « Printemps arabes », Téhéran s’est plutôt réjoui de ce phénomène qui lui offrait des opportunités neuves au Moyen-Orient, avant de dénoncer le mouvement de contestation qui a touché Damas. Les intérêts de la République islamique sont tels dans ce pays, qu’elle a décidé de soutenir le régime de Bachar al-Assad par tous les moyens à sa disposition (politiques, diplomatiques, militaires et économiques). 

Groupes armés actifs en R. D. Congo - Situation dans le « Grand Kivu » au 2ème semestre 2013

L’objectif de la présente étude est de donner un descriptif de la situation des groupes armés actifs dans l’est du Congo, en particulier dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema, telle qu’elle l’était en cette seconde moitié de l’année 2013. Elle a également comme ambition de fournir un essai d’analyse sur ce phénomène spécifiquement congolais de prolifération pléthorique de groupes armés et d’avancer quelques propositions qui pourraient l’endiguer. 

Un New Deal pour le marché européen de la défense ? La position de la Commission en vue du Conseil européen de décembre 2013

L’industrie européenne de défense se confronte depuis une décennie à des menaces préexistantes et nouvelles : mondialisation des menaces, crise économique, fragmentation du marché de défense, duplications et coûts inutiles.

Arms Transfers to The Syrian Arab Republic : Practice and Legality

After more than two years of internal conflict in Syria, a pressing question relates to the practice and legality of arms transfers to both the groups opposing the regime of Assad and the Assad regime itself. Since the beginning of the conflict, regional and international players are arming one side or the other, which brought the UN Secretary-General to qualify the conflict as a ‘proxy war’.

La Conférence sur une zone exempte d’armes de destruction massive et leurs vecteurs au Moyen-Orient

Trois ans après la décision d’organiser en 2012 une Conférence sur la création d’une zone exempte d’armes nucléaires (ZEAN) et autres armes de destruction massive au Moyen-Orient, et un an après l’annulation de cet événement tant espéré, de nouvelles perspectives ont vu le jour : l’utilisation par Damas d’armes chimiques contre sa population a provoqué un tollé international et une escalade de la rhétorique guerrière.

Pages