Publications

Armes artisanales en RDC: Enquête au Bandundu et au Maniema

La République démocratique du Congo est connue pour sa grande prolifération d’armes de petit calibre. Cependant, dans cet immense pays, la situation varie considérablement d’une région à l’autre. Si les zones frontalières de l’Est – en particulier les deux Kivu et l’Ituri – connaissent des taux très importants de détention d’armes de guerre, importées d’autres pays et de fabrication industrielle, les autres régions du pays sont bien moins affectées par ce phénomène.

Quelle place occupe la Turquie sur les marchés de défense?

Parmi les membres de l’OTAN, la Turquie est probablement l’État confronté à l’environnement régional le plus volatile. Bordée par la mer Noire, la Méditerranée, le Caucase et l’Iran, frontalière d’États confrontés à des groupes terroristes ou en guerre – comme l’Irak, la Syrie et même le Liban – la Turquie est également aux prises avec un mouvement indépendantiste kurde comportant un volet armé.

Au vent mauvais : Comment la vente des Mistral à la Russie sape les efforts de l’Union européenne

En 2011, la France a conclu un contrat avec la Russie pour la livraison de deux navires d’assaut amphibie de classe Mistral avec une option pour l’achat de deux autres unités. Il s’agissait de la première grande vente d’armes à la Russie par un pays de l’OTAN. Bien que controversée dès son origine, la récente détérioration des relations avec la Russie en raison de la crise ukrainienne a remis sur le devant de scène médiatique la vente des Mistral, ce qui a été l’occasion pour la plupart des membres de l’Union européenne de rappeler leur opposition à cette livraison.

Le traçage des armes sur les lieux de conflits: leçons et perspectives

Ces vingt dernières années, le traçage des armes illicites dans les zones de conflit a suscité un regain d’attention. Utilisée initialement dans le cadre d’embargos internationaux sur les armes, l’expertise dans ce domaine n’a cessé de croître en impliquant, outre les comités de sanctions mandatés par le Conseil de sécurité des Nations unies, des organisations non gouvernementales, des chercheurs indépendants et des journalistes d’investigation. Cette discipline s’étend aujourd’hui bien au-delà des pays visés par des embargos sur les armes.

Study on the implementation of Directive 200943EC on transfers of defence-related products

The study of the implementation of Directive 2009/43/EC simplifying terms and conditions of transfers of defence-related products within the Community (also referred to as Directive 2009/43/EC or the Intra-European Union (EU)/Community Transfers (ICT) Directive)1 aims to identify and analyse the current problems in the implementation of the Directive and the obstacles encountered by its main beneficiaries, i.e.

Initiatives de l’UE pour le contrôle des armes légères : vers une meilleure coordination

L’Union européenne (UE) joue un rôle majeur dans la prévention et la lutte au niveau mondial contre l’accumulation et la prolifération incontrôlées des armes légères et de petit calibre (ALPC) et de leurs munitions. La Stratégie européenne de lutte contre l’accumulation et le trafic illicites d’ALPC adoptée en 2005 a donné une impulsion décisive en favorisant le multilatéralisme, avec pour but la mise en place de mécanismes au sein des instances compétentes de lutte contre la prolifération illicite des ALPC.

Répertoire des entreprises du secteur de l’armement en Belgique

Définir le périmètre du secteur des entreprises impliquées dans la production d’armements n’est pas une opération aisée. Le «secteur de l’armement» en tant que tel n’existe pas dans les statistiques nationales en Belgique. Quelques entreprises ont une activité dépendant à 100% des commandes militaires ou des marchés de la sécurité, tandis que la plupart ont une activité duale, civile et militaire, dans des proportions variables d’un exercice à l’autre et difficiles à définir.

Dépenses militaires, production et transferts d'armes - Compendium 2014

Ce rapport présente une synthèse des principales statistiques relatives aux dépenses militaires mondiales, à la production et aux transferts internationaux d'armements conventionnels. Les données de ce rapport proviennent pour l'essentiel des banques de données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), éventuellement complétées par des statistiques socio-économiques d'Eurostat, de la Banque mondiale, d'agences des Nations unies ou de la presse spécialisée.

Le programme nucléaire iranien : Rétrospective sur les accords conclus avec l’AIEA et le « P5+1 »

Le 24 novembre 2013, Catherine Ashton, qui mène les négociations au nom du « P5+1 », et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, ont annoncé qu’un accord intérimaire (Joint Plan of Action) avait été conclu. En figeant le programme nucléaire iranien à son état actuel (en novembre 2013) et en relâchant quelque peu le régime international de sanctions qui frappe Téhéran, l’accord permet d’instaurer un climat plus serein pour conclure un accord final qui s’attaquera aux détails techniques.

L'Iran et la question syrienne : des "Printemps arabes" à Genève II

Les relations avec la Syrie sont une pièce maîtresse de la politique étrangère iranienne au Levant. Confronté à la vague des « Printemps arabes », Téhéran s’est plutôt réjoui de ce phénomène qui lui offrait des opportunités neuves au Moyen-Orient, avant de dénoncer le mouvement de contestation qui a touché Damas. Les intérêts de la République islamique sont tels dans ce pays, qu’elle a décidé de soutenir le régime de Bachar al-Assad par tous les moyens à sa disposition (politiques, diplomatiques, militaires et économiques). 

Groupes armés actifs en R. D. Congo - Situation dans le « Grand Kivu » au 2ème semestre 2013

L’objectif de la présente étude est de donner un descriptif de la situation des groupes armés actifs dans l’est du Congo, en particulier dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema, telle qu’elle l’était en cette seconde moitié de l’année 2013. Elle a également comme ambition de fournir un essai d’analyse sur ce phénomène spécifiquement congolais de prolifération pléthorique de groupes armés et d’avancer quelques propositions qui pourraient l’endiguer. 

Un New Deal pour le marché européen de la défense ? La position de la Commission en vue du Conseil européen de décembre 2013

L’industrie européenne de défense se confronte depuis une décennie à des menaces préexistantes et nouvelles : mondialisation des menaces, crise économique, fragmentation du marché de défense, duplications et coûts inutiles.

Arms Transfers to The Syrian Arab Republic : Practice and Legality

After more than two years of internal conflict in Syria, a pressing question relates to the practice and legality of arms transfers to both the groups opposing the regime of Assad and the Assad regime itself. Since the beginning of the conflict, regional and international players are arming one side or the other, which brought the UN Secretary-General to qualify the conflict as a ‘proxy war’.

La Conférence sur une zone exempte d’armes de destruction massive et leurs vecteurs au Moyen-Orient

Trois ans après la décision d’organiser en 2012 une Conférence sur la création d’une zone exempte d’armes nucléaires (ZEAN) et autres armes de destruction massive au Moyen-Orient, et un an après l’annulation de cet événement tant espéré, de nouvelles perspectives ont vu le jour : l’utilisation par Damas d’armes chimiques contre sa population a provoqué un tollé international et une escalade de la rhétorique guerrière.

Arms brokering controls : How are they implemented in the EU?

The role of arms brokers is still poorly understood. Though brokers can legally organise and facilitate arms transfers, they can also play a key role in arms trafficking schemes. Whilst brokering activities are often carried out in a legal framework, unscrupulous brokers are able to operate with impunity by taking advantage of the weaknesses and differences between national laws and control regimes.

Le Sommet sur la sécurité nucléaire à la croisée des chemins : entre doutes et ambitions

Qualifié comme l’une des menaces les plus importantes de notre temps au niveau de la sécurité internationale, le terrorisme nucléaire suscite de nombreuses inquiétudes au sein des gouvernements, organisations internationales et experts dans le domaine nucléaire. Bien qu’aucun acte terroriste de cette nature n’ait été perpétré à ce jour, les autorités nationales et internationales se devaient de réagir dans les plus brefs délais afin de solidifier le régime de sécurité nucléaire...

Le « pivot » américain vers l’Asie : conséquences sur le système de défense antimissile américain, asiatique et européen

Le virage asiatique des États-Unis en matière de politique étrangère découle de multiples considérations quant à la place stratégique croissante qu’occupe, sur la scène internationale, la région Asie-Pacifique et, au sein de celle-ci la Chine. Les États-Unis ont fait le choix d’un rééquilibrage entre les moyens dont ils disposent, les intérêts qu’ils ont à défendre et la sécurité des territoires et des forces qu’ils ont à assurer. Le « pivot » vers l’Asie-Pacifique montre une ferme volonté de s’engager sur la voie de partenariats multiples, à l’image de celui noué depuis plus de soixante ans avec les alliés européens au sein de l’Alliance atlantique...

Sur les traces des armes dans le dédale proche-oriental

Les flux d’armes à destination des régimes instables du Proche-Orient ont fait l’actualité de ces derniers mois : des armes belges retrouvées en Libye et en Syrie, aux stocks d’ex-Yougoslavie transférés par le Qatar à la rébellion syrienne, en passant par un Hezbollah sous embargo dont l’arsenal ne cesse pourtant de gonfler.
La mosaïque proche-orientale est ainsi traversée par de vastes réseaux de trafics et de détournements d’armes. Pour cause, les multiples remaniements des frontières au fil des crises et des conflits qui ont frappé la région, ont laissé derrière eux des zones peu administrées, converties dans certains cas en bastions de trafiquants en tout genre... 

 

Dépenses militaires, production et transferts d’armes - Compendium 2013

Ce rapport présente une synthèse des principales statistiques relatives aux dépenses militaires mondiales, à la production et aux transferts internationaux d’armements conventionnels. Les données de ce rapport proviennent pour l’essentiel des banques de données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), éventuellement complétées par des statistiques socio-économiques d’Eurostat, de la Banque mondiale, d’agences des Nations unies ou de la presse spécialisée. Une section, alimentée par les données de Small Arms Survey (Genève), est cette année consacrée au cas particulier des armes légères et de petit calibre.

En 2011, avec une croissance quasi nulle par rapport à 2010, les dépenses militaires mondiales se sont élevées à 1 738 milliards de dollars, ce qui représente 2,5 % du produit intérieur brut mondial et environ 249 dollars par habitant. Les États-Unis comptent à eux seuls pour 40,9 % de ce total, suivis par la Chine qui représentent 8,2 % des dépenses mondiales.

Mali : de l'intervention militaire française à la reconstruction de l'État

Toute intervention militaire étrangère, comme celle lancée par la France le 11 janvier 2013 au Mali, pose question. Est-elle légitime au regard du droit international ? Quels sont ses objectifs officiels ? N’y a-t-il pas d’autres intentions non déclarés ? Est-ce raisonnable de parler de « lutte contre le terrorisme », rappelant ainsi un certain discours « bushien » ? Comment interpréter l’absence de troupes d’autres pays européens ?

Le contrôle du courtage en armements. Quelle mise en oeuvre au sein de l'UE?

Le rôle des courtiers en armements est mal connu. Opérateurs des transactions légales, ils sont également des acteurs-clés dans les trafics d’armes. Si les activités de courtage s’exécutent la plupart du temps dans un cadre légal, certains courtiers malhonnêtes tirent profit des faiblesses des règles existantes en la matière pour emprunter des voies illégales en toute impunité.

Côte d’Ivoire et Mali, au cœur des trafics d’armes en Afrique de l’Ouest

Dans un Sahel plus instable que jamais, la question de l’armement se pose. D’où viennent toutes ces armes ? Quel est leur rôle dans la perpétuation et l’aggravation des conflits en Afrique de l’Ouest ? Ce dossier se focalise sur deux pays, particulièrement affectés. Le premier, la Côte d’Ivoire, placé dès 2004 sous embargo sur les armes, a vu celui-ci fréquemment violé.

La Conférence 2012 sur une zone exempte d'armes de destruction massive au Moyen-Orient : un échec programmé?

La question de la prolifération des armes de destruction massive se pose avec d’autant plus d’acuité au Moyen-Orient que trois États – l’Égypte, la Syrie et Israël –  ne sont parties ni à la Convention d’interdiction des armes chimiques ni à la Convention des armes biologiques et qu’Israël refuse de signer le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Ressources naturelles, conflits et construction de la paix en Afrique de l'Ouest

Après la Guerre froide, les ressources naturelles et le changement climatique sont progressivement devenus deux « nouveaux » enjeux sécuritaires primordiaux. Dans les années 1990, plusieurs conflits ont en effet démontré qu’une abondance de ressources pouvait contribuer à l’explosion de violences et à financer les moyens du conflit. Les pénuries engendrées par le changement climatique (en eau par exemple) ont également été considérées comme une nouvelle menace sécuritaire, au Sahel notamment.

Pages