Armes légères dans l'Est du Congo - Enquête sur la perception de l'insécurité

Dans l’est du Congo, la prolifération des armes à feu a pris des proportions dramatiques avec les guerres de rébellion et la combinaison d’une série de phénomènes connexes: le banditisme, les activités des groupes armés congolais et étrangers, les conflits ethniques, l’indiscipline des forces de sécurité, l’exploitation illégale des ressources naturelles..., alimentant une spirale de pauvreté et d’inégalités. Nombreux sont les civils à être maintenant armés,que ce soit pour se protéger ou dans une logique de prédation. Le PNUD lutte depuis de nombreuses années contre le fléau des armes légères en RDC. C’est dans ce cadre qu’il a mandaté deux instituts, le Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP) et le Bonn International Center for Conversion (BICC), pour mener une enquête. Dans les provinces du Nord et Sud-Kivu, du Maniema, et dans les districts de l’Ituri (Province Orientale) et du Tanganyika (Katanga), les enquêteurs ont sondé plus de 10 000 ménages et mené plusieurs dizaines de groupes de discussion.
La première partie de l’ouvrage analyse le contexte sécuritaire de la région investiguée: l’évolution des conflits récents, la multiplication des bandes armées, les aspects législatifs, les actions de l’ONU et du gouvernement congolais, les perspectives de désarmement.
La deuxième présente les résultats de l’enquête – centrée sur la prolifération d’armes auprès des civils –, et constitue une mine d’informations inédite sur les armes légères: qui les demande, qui en possède, où les cache-t-on, quelle utilisation fait-on, comment sont-elles perçues et quel est leur impact? Toute la région a été passée au crible… Une étude minutieuse qui devrait servir à élaborer les futures politiques de réduction de la violence armée dans l’est du Congo! Et au-delà...
La coordination de cet ouvrage a été assurée par Georges Berghezan, et Xavier Zeebroek, directeur du GRIP.